09-21_masterclass-pahud_batisatjonadabe_photocelinemichel_05-e1632302232978

Septembre Musical – Masterclass d’Emmanuel Pahud

Le festival JazzOnze+ était de retour la semaine dernière, et L’Agenda a eu l’immense plaisir d’occuper un siège de la salle P Lors d’un festival de musique classique, il a la programmation de concerts, que l’on compulse pour savoir quelles têtes seront à l’affiche, quelles œuvres seront jouées, quelles dates noter dans son agenda. Il y a aussi les petits cadeaux que nous offre une édition… et que l’on note en priorité parce qu’ils nous permettent d’écouter la musique autrement. Hier après-midi, le Septembre Musical proposait au public d’assister à une masterclass donnée par le flûtiste Emmanuel Pahud.

Texte: Katia Meylan

Dans une salle aux moulures hospitalières de l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey, une scène a été montée pour l’occasion. Un Steinway laisse déjà entendre le son de ses cordes sous les doigts de la pianiste Akvilė Šileikaitė, qui accompagnera les élèves. Sur les chaises, une petite cinquantaine de personnes ont fait comme moi: elles ont pris leur après-midi pour aller écouter une masterclass de flûte traversière .

Le Septembre Musical crée là une opportunité pour des élèves des hautes écoles de musique de Suisse de pratiquer leur art avec un artiste invité du festival, tout en donnant la possibilité au public – et au maître – de rencontrer la relève. Ainsi, cinq flûtistes sélectionné∙e∙s par leur professeur aux Conservatoires de Genève, de Bâle, de Zurich, de Berne et de Lausanne ont eu, successivement, l’occasion de travailler une œuvre de leur répertoire avec Emmanuel Pahud, tout grand nom de la flûte à l’international.

09-21_masterclass-pahud_batisatjonadabe_photocelinemichel_06
Photo: Céline Michel

La masterclass commence à 15h tapantes avec Batista Jonadabe, qui interprète le moderne Chant de Linos de Jolivet. Avant la fin de la pièce, Emmanuel Pahud entre en scène, prend les parties séparément afin de les travailler, module la texture du son à l’intérieur des phrasés de l’élève. En tant que public, on se sent bienvenu tout au long de la masterclass – qui durera en tout quatre heures trente (je suis quant à moi restée pour écouter trois élèves). Le professeur sait partager son attention et rendre l’instant instructif pour un côté comme pour l’autre. À l’élève, il distille des conseils pointus; où respirer, s’il faut “penser avec la langue ou avec l’air”, et discute des différentes interprétations possibles. Au public, il explique certains aspects propres au jeu d’un flûtiste, tels que la position des doigts ou l’endroit d’où sort l’air dans les graves ou dans les aigus. Sa gestuelle humoristique nous garde attentifs, et on s’amuse de ses images comme “le staccato sous-marin”, “la basse-court” de Berio et le Schubert “en Cinemax 3D”.

09-21_masterclass-pahud_caterinabruno_photocelinemichel_06
Akvilė Šileikaitė, piano, Caterina Bruno, flûte, et Emmanuel Pahud. Photo: Céline Michel

C’est justement avec Schubert qu’enchaîne la prochaine élève. Le professeur, se baladant dans la salle à l’écoute de la réverbération du son, la laisse aller d’un bout à l’autre des Introduction et variations en mi mineur. Peut-être car happé par ce qu’il nous confie considérer comme “la plus belle pièce pour flûte de cette époque”? Il relève d’ailleurs la difficulté que cela a dû impliquer pour les deux jeunes musiciennes de jouer la pièce aux passages haletants alors qu’elles se rencontraient pour la première fois.

Si Emmanuel Pahud parle d’une flûte se faisant hautbois ou violoncelle chez Schubert, dans l’œuvre Sequenza de Luciano Berio, l’instrument se transforme en personnages du Carnaval de Venise qui gigotent, vont et viennent. “It doesn’t make any sense!”, déclare-t-il joyeusement à la troisième élève, Natalia Tellez Ramirez, en parlant de l’œuvre. Et il faut dire que le professeur a appris aux sources puisqu’il l’avait jouée devant Berio lui-même, et reçu diverses explications de ce dernier sur la manière d’interpréter ses partitions à la notation particulière.

Photo: Céline Michel

On est décidément friand de masterclass, emplies d’anecdotes et d’aperçus qui enrichissent notre encyclopédie musicale mentale et nous permettent d’entendre les œuvres différemment en concert.

D’ailleurs, pour écouter Emmanuel Pahud aux côtés de l’Orchestra della Svizzera italiana, rendez-vous ce soir à l’Auditorium Stravinski de Montreux

Septembre Musical
Jusqu’au 30 septembre 2021
Montreux et Vevey
www.septmus.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.