Hollywood - Scène d'ouverture

Hollywood – rencontres éphémères avec les personnages du 7e art

From now onEverybody, need somebody… déboulés… jetés… mashed potatoes… Ma tête pleine de musique et mes pieds jaloux parcourent, sous la pluie, la distance de la Sallaz aux bas de Lausanne. On ne regrette même pas d’avoir raté le bus de 23h39 à Servion qui nous aurait assuré la correspondance. Le Théâtre Barnabé et la Compagnie Broadway ont le don de nous faire rêver, le temps d’un retour à la maison, d’un week-end, et de nous laisser les réminiscences pailletées de ce rêve jusqu’au lundi au bureau.

Texte de Katia Meylan

Décidément un petit air de Hugh Jackman chez Noam Perakis lorsqu’il ouvre le spectacle, en veston de cirque entre les rideaux rouges, entonnant le titre The Greatest Show. Autour, les chœurs-coulisses annoncent déjà tout le potentiel vocal de la troupe. Le directeur de la Compagnie Broadway et metteur en scène du spectacle est rapidement rejoint par les douze artistes qui composent Hollywood, dans un tourbillon de chant, de danse et de personnages différents. Si les rôles sont répartis selon les domaines de prédilection (on est notamment scotché par la voix de Tania Zoppi ou par le jeu de jambes de Gilles Guenat, plusieurs fois champion du monde de claquettes), toutes et tous offrent une performance complète – comme le veut l’art exigeant de la comédie musicale.
À l’étage, le Vincent Kessi’s Free Fellowship Band (VKFFB) les accompagne en live. Ce samedi-là, trois musiciens sont absents, d’autres ont dû prendre leur place au pied levé: “Remplacer trois musiciens sur huit quelques jours avant la représentation était un challenge. Il a fallu expliquer les enchaînements rapides et les interactions avec les comédiens, en plus de toute la partie purement musicale!”, atteste Vincent Kessi, qui a assuré avec brio que le show n’en pâtisse pas.

Hollywood - Scène far west et DeLorean

Hollywood n’a pas de trame narrative, mais est composé d’une suite de sketches permettant de placer un maximum de références au 7e art (en débordant un peu de la pellicule, car on a cru y repérer Fort Boyard, Qui veut gagner des millions et peut-être Kaamelott). Impossible de toutes les citer, on en a sûrement raté quelques-unes et cela semble malicieusement fait exprès de leur part: Une DeLorean, un T-Rex, un Stormtrooper, Gollum-Dobby, Dumbledalf le Blanc discutant avec Katniss Everdeen, toutes et tous passent en un instant, éphémères, entrainé∙e∙s par le décor tournant du Théâtre Barnabé. D’autres références encore sont réservées au public fidèle de Servion, qui relèvera par exemple que Loren Muñoz et Giliane Béguin, véritables triple threat, retrouvent un instant leurs rôles respectifs de sœur Marie-Robert et Sœur Marie-Patrick de la production Sister Act en 2019. …Et cela juste après avoir campé la Petite Sirène ou Rose dans Titanic, et juste avant de redevenir des artistes de cirque pour clôturer le spectacle avec le titre From now on, à nouveau tiré de la comédie musicale The Greatest Showman. Après les blagues et le cinéma, retour au rêve, retour à ce que sont les artistes sur scène.

Oui, on a un peu la tête qui tourne de toutes ces rencontres. Et c’est ça qu’on aime!

Hollywood
Jusqu’au 19 février 2022
Théâtre Barnabé, Servion
barnabe.ch/spectacles/hollywood/