CPO

Petits matins au CPO

Photo: Ramon et Pedro

Joué en ce moment au Centre Pluriculturel et social d’Ouchy, “Petits matins” de Matthias Urban affiche “complet” jusqu’à sa dernière représentation le 4 mars.

Texte: Katia Meylan

Pourquoi un tel engouement? Peut-être en partie car le public aime consommer local – ce qui plairait au personnage du fils végétalien. Le fils en question, c’est Matthias Urban, Lausannois, qui a également écrit et mis en scène la pièce. Ses acolytes de jeu et parents sur scène, Antonio Troilo et Anne-Catherine Savoy, sont eux-aussi des habitués des salles et écrans de nos régions. Une raison encore plus évidente du succès de la pièce est qu’avant d’être romands, ces comédiens-là sont excellents. Leur comportement et mimiques passent du terre-à-terre à l’absurde et les rires fusent tout au long de la pièce, pourtant un brin tragique.

Le fils se tient là, dans l’appartement presque vide de ses parents. Il ramasse la dernière chaise, éteint la lampe, et alors resurgissent entre ces murs les souvenirs du quotidien d’une famille. Matthias Urban traverse en accéléré les étapes presque toujours amères, plus rarement douces, d’une vie à deux. Dès l’emménagement, l’accommodation est difficile. “Tu m’aimes?” S’aiment-ils? Si le public n’en est pas sûr, eux non plus. Une passion kitsch chantée sur un piano improvisé, un mariage, un fils, il est déjà grand il ne vit plus à la maison. On ne sait pas quoi se dire à table à Noël, surtout avec ce fils qui a tout à coup décidé de ne plus manger de viande alors qu’on s’est donné tant de peine exprès pour lui.

Photo: Cie CGT

Étrangement, l’absurde vient renforcer la banalité du quotidien. Les rires forcés, les sacs en papier minuscules que l’on porte à deux avec peine, le lit Ikea que l’on fait entrer sans problème… Ces moments absurdes, c’est aussi Bégonia, la mère, qui a l’option “bruitage” inclue. C’est John, le père, qui nous sort de la diégèse pour noter qu’elle a oublié de faire le bruit de la purée servie dans l’assiette.Cela dépendra de son sens de l’humour ou de sa sensibilité, mais devant cette pièce on se retrouve toujours entre le rire et la gêne un peu triste, à être témoins des disputes futiles et des travers de ces personnages, que l’on reconnait chez les autres, que l’on nierait en bloc posséder soi-même, qui pourraient être ceux de tout un chacun.

www.cpo-ouchy.ch

 

LOU au CPO

Côté public, on se serre un peu, la salle est plus que comble et rétrospectivement je suis bien contente qu’on m’y ait trouvé une petite place. Côté scène règne un désordre sépia dans une lumière tamisée, halo plus fort au centre projetant des ombres parfois douces et parfois incisives sur tout le reste.

Lou (Rita Gay) raconte son mariage jamais consommé Photo: Mercedes Riedy
Lou (Rita Gay) raconte son mariage jamais consommé
Photo: Mercedes Riedy

Passé la porte de la salle du Centre Pluriculturel d’Ouchy, on entre dans une fin de dix-neuvième siècle qui n’est poussiéreuse qu’au premier sens du terme. Un piano à queue sur la droite, des plantes dans le fond, des lits et des malles sur la gauche, des manuscrits, de vieux micros devant et des plus modernes accrochés un peu partout au plafond, des fils qui trainent par terre que personne n’a cherché à cacher, ajoutant au désordre ambiant. Un piano électrique est en fait posé sur le clavier du piano à queue. En cela et en d’autres choses, la Compagnie de l’ovale ramène à nous l’époque des grands philosophes.

Ce “cabaret théâtral et déchanté” nous donne une version de la vie de Lou Andreas Salomé, femme libre et intellectuelle à la soif de savoir, encore trop méconnue par rapport aux hommes dont elle a été la muse, l’élève, la sœur de pensée. Ainsi elle correspondait avec les plus grands de son époque, dont la majorité étaient fous d’elle. Les comédiens nous les rendent sympathiques et humains, avec leurs bizarreries et leurs faiblesses devant une femme, tout philosophes qu’ils soient. Nietzsche, campé par Thierry Romanens, est pompeux et sûr de lui. Il “convoite cette sorte d’âme” pour ses “projets dans les dix prochaines années”… mais ne se maîtrise plus lorsque Lou se refuse à lui, et se lance dans une tirade qui passe de l’éloge à la rage en quelques gestes. Pascal Rinaldi, en plus d’avoir composé les onze chansons de la pièce et d’être derrière plusieurs instruments (dont la scie musicale!), interprète le poète Rainer Maria Rilke, premier amant de Lou. Quant à Denis Alber, il joue du baryton et un petit Freud saccadé qui ne manque pas de déclencher l’hilarité en avouant qu’il souhaite parfois écouter sa petite voix intérieure qui lui souffle “Sigy lâche-toi”.

J’ai eu l’impression que certaines chansons, illustrant simplement un trait de caractère d’un personnage ou une situation, faisaient un peu “comédie musicale” sans amener quelque chose de plus. Mais d’autres, et particulièrement “Sigy lâche-toi”, contiennent toute l’énergie des acteurs, une impression de spontanéité et un texte dont le spectateur se délecte. Les comédiens sont des artistes complets et nous font passer une excellente heure et demie en 1900!

Le spectacle remporte un grand succès, votre dernière chance de le voir au CPO est dimanche 8 mars à 14h30!

http://www.cpo-ouchy.ch/dynpages/programme.cfm#.VPmFxCxMfuc

Texte: Katia Meylan