Montreux: Soirée découverte

On continue notre pèlerinage au Temple de l’humour. Pour samedi soir, nous avons décidé de nous éloigner un peu des sentiers tracés et d’aller à la rencontre des nouveaux adeptes de la religion du rire. Alors que le Comedy Contest adoubait Laura Laune , gagnante de cette finale francophone, L’Agenda s’est rendu au sous-sol, dans devant la scène du Comedy Club, pour découvrir de nouveaux talents.

http://embedhttps://www.youtube.com/watch?v=zKZ2kNEHelY/embed

Le Comedy Club, c’est l’espace réservé aux artistes de la nouvelle génération. Le temps d’un sketch, ils nous présentent leur univers et leur personnalité. Venue en curieux, L’Agenda s’est laissé surprendre par l’originalité de certains participants, à l’image de Jeffery Jordan qui, avec son violon, brise avec élégance les codes du stand-up habituel. Les sujets restent traditionnels (couple, famille, travail) mais certains humoristes arrivent à sortir des voies tracées. On a particulièrement apprécié la folie de la pétillante Céline Groussard qui n’hésite pas à dissimuler son joli minois derrière un masque de catcheuse; sous ses airs de Blanche-Neige à la voix fluette, la demoiselle envoie du lourd et c’est assez jouissif. La petite comédie musicale de Mathias Pradenas, bien qu’un peu fragile par moment, séduit par son enthousiasme et sa sincérité: comment expliquer à ses parents, après son bac, que l’on ira pas à l’Université mais que l’on sera comédien?

Pierre Croce se distingue également par son aisance et son utilisation détournée du powerpoint et des nouvelles technologies. Le doudou d’Arnaud Maillard a quant à lui emporté le public:

 

Chapeau également à l’animation de M. Fraize. “Il fallait apprendre les noms par coeur parce que y’en a aucun de connus”, commence-t-il pour présenter ses camarades: Christine Berrou, Pierre Croce, Jeffery Jordan, Céline Groussard, Guillermo Guiz, Kallagan, Arnaud Maillard, Fabien Olicard, Cathleen Rouleau, Mathias Pradenas, Sanaka et Freddy Tougaux. Chacune de ses présentations se révèle un sketch en soi, dan lequel éclatait toute la mauvaise foi de l’humoriste, ainsi que son talent pour les silences gênés et les expressions mimées.

Texte: Marie-Sophie Péclard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *