La fougue, le mystère et le flegme

Fourmillant Victoria Hall. À l’entrée des artistes, ça bavarde joyeusement entre musicien∙ne∙s de l’OSR, l’instrument sur le dos, tandis qu’à la porte principale fusent des bribes de conversations de toutes parts, en anglais, en français, en japonais. Trois finalistes, en coulisses, sont probablement en pleine concentration avant leur passage sur scène dans un concerto choisi. Hier soir a eu lieu la Finale de violoncelle du Concours de Genève, qui a récompensé le Japonais Michiaki Ueno. Ce soir, cette 75e édition se clôturera par la Finale de hautbois.

Texte : Katia Meylan

Sur les 37 violoncellistes sélectionné∙e∙s parmi les 259 ayant envoyé leur candidature au Concours de Genève par vidéo, onze auraient choisi d’interpréter le concerto d’Elgar. Ils ont été deux à avoir l’occasion de prouver leur talent au travers de cette magnifique œuvre composée en 1919.

Le premier à paraître devant le public, les membres du jury et les caméras pour Medici TV, The Violin Channel et YouTube Live est Jaemin Han, quinze ans seulement et déjà plusieurs grands prix internationaux à son actif. La fougue se fait sentir, son émotion se transmet sur son visage et ses mouvements. Certains passages attirent l’attention, notamment son énergie presque rock dans les cordes pincées du premier mouvement. Est-ce que les mêmes passages attireront l’attention chez Bryan Cheng dans la même œuvre? Le Canadien et son Stradivarius « Bonjour » m’ont conféré un sentiment plus flegmatique, et soulevé quelques frissons dans le 3e mouvement, dans son entente avec l’orchestre.

Comme des grands frères encourageants, les violoncelles de l’Orchestre de la Suisse Romande sont placés au centre, derrière les solistes.

Le gagnant du concours, Michiaki Ueno, 25 ans, a interprété le concerto de Lutosławski. Ils n’auraient été que cinq à avoir choisir cette œuvre contemporaine. L’audace a-t-elle joué en la faveur du candidat? Ou son assurance mystérieuse alors qu’il commence seul sur un ré « indifférent », une corde à vide, sa main libre gracieusement tendue au loin? La profondeur de son interprétation et sa prestance a dans tous les cas convaincu le jury ainsi que le jeune public, qui lui décerne son Prix. Le public lémanique aura une occasion de le réentendre jouer prochainement, lundi 1er novembre dans le cadre des Concerts de Jussy.

Le Concours de Genève, au-delà d’un simple prix monétaire, s’organise en une structure complète, forte de partenariats qui offrent aux candidats de nombreuses possibilités de concerts, rencontres et apprentissages.

Un dernier concert reste à venir pour cette édition 2021: la Finale de hautbois, qui verra concourir Natalie Auli (Venezuela), Louis Baumann (France) et Zhiyu Sandy Xu (Australie).

75e Concours de Genève
Jeudi 28 octobre – Finale de violoncelle
Vendredi 29 octobre à 19h – Finale de hautbois, Victoria Hall
Lundi 1er novembre à 20h – Concert du lauréat du Concours de violoncelle, Temple de Jussy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.